Mieux prévenir l'anxiété chez les jeunes, une histoire de société

Mis à jour : 5 juin 2019

Dites-moi à quoi ressemble notre société actuelle et je vous direz comment se porte l'état émotionnel de nos jeunes présentement.

Sitôt le réveille-matin enclenché, les parents ainsi que les enfants s'activent pour débuter leur journée. Souvent, c'est la course contre la montre. Métro, boulot et l'inévitable dodo. Je dis l'inévitable, car pour certains dont l'horaire se trouve chargé à outrance, dormir est devenu un brin futile. Et pourtant, le sommeil reste encore si précieux au maintien de l'équilibre émotionnel et physique chez l'humain.

J'accompagne des jeunes depuis des années dont le niveau de stress reste comparable à celui d'un grand gestionnaire d'entreprise. Étonné? Moi, non. Observez comment autour de vous le rythme de vie s'accélère, c'est la pression sociale qui s'impose. On veut tout accomplir, tout découvrir, être entier, mais tout ceci reste impossible à réaliser sans conséquence apparente.

Ce vouloir obtenir tout à tout prix finit par créer au sein de notre société un véritable syndrome de performance: on est capable!

Avez-vous déjà essayé d'entrer à l'intérieur d'une armoire? Inexorablement, c'est inconfortable, n'est-ce pas? C'est ce que nous essayons de faire avec nos jeunes actuellement, leur imposer un cadre à l'intérieur duquel ils se sentent brimés.

À travers tout ceci, où se cache le plaisir, la quiétude et la joie de vivre? Elle finit par être relayée au rang inférieur des priorités. On impose un rythme de vie sous prétexte que nous n'avons pas le choix, mais qui choisit alors pour nous tous? Quand allons-nous collectivement prendre un recul pour nous arrêter un peu pour ressentir la vie?

Le syndrome de performance reste omniprésent dans notre société, parce que les parents imposents ce qu'ils pensent être le mieux plutôt d'amener le jeune à percevoir ce qui est le mieux pour lui, ce qui le fait vibrer ou le passionne. J'entends déjà comment pourra-t-il gagner sa vie s'il ne réalise uniquement que ce travail? Notre rôle de parents n'est pas d'imposer, mais d'accompagner le jeune à trouver les ressources nécessaires à sa survie ainsi qu'à son épanouissement.

Ce qui fonctionne pour les uns ne sera probablement pas retenu pour les autres. Un régime amaigrissant peut s'avérer être très efficace pour une certaine proportion de gens alors que pour d'autres, il ne le sera moins. Mais ce dit régime, semble-t-il moins bon pour autant? Il reste tout simplement moins adapté au régime de vie de certaines personnes. Tout est relatif.

Nous imposons à nos enfants un mode de vie avec lequel nous n'arrivons pas toujours à nous accommoder. Alors pourquoi imposer ce rythme et ces choix à nos jeunes?

Réviser son mode ainsi que son hygiène de vie nécessite de faire des choix conscients; un à la fois suffit pour observer des transformations intéressantes. Pour débuter, s'interroger à savoir pour qui et pourquoi nous maintenons certains de ces patterns de vie, est-ce pour être accepter du monde extérieur, pour plaire, pour l'argent, pour le pouvoir individuel ou social? Lorsqu'on nous entreprenons un tel exercice, il demeure important de faire preuve d'honnêteté envers soi, car une telle attitude marque un pas vers la bonne direction.


En revanche, après que vous vous soyez observé à travers les différents aspects de votre existence, il reste à savoir où se cache la joie de vivre dans votre quotidien, se trouve-t-elle au dernier rang de vos obligations? Il faut juste observer et prendre conscience de la gestion actuelle de votre quotidien.


Autrement, si nous souhaitons passer à l'action, il reste préférable d'établir des objectifs à court ou moyen terme, cela vous permettra d'atteindre plus facilement vos aspirations; pour davantage prendre le temps de vivre.


Vivre ne doit plus être perçu comme une atteinte insurmontable, mais favoriser un état harmonieux avec soi et son environnement.

0 vue

© 2019 Maxime Cool-Lévesque. Tous droits réservés