Chaos ou réveil?

Depuis plusieurs années, je me fascine à observer l’humain dans le cadre de situations chaotiques. Pourquoi ai-je développé ce centre d’intérêt me direz-vous? Uniquement parce que la nature humaine m’apprend à chaque instant.


Je me rappelle alors que j’avais 14 ans, je pratiquais les arts martiaux dont le judo. Cette pratique ancestrale m’enseigna bien au-delà de la technicalité ; je découvris à travers toutes les subtilités de ce sport l’application rigoureuse des grands-maîtres zen.

À l’époque, alors que je me rendais au dojo, l’instructeur enseignait aux jeunes judokas à se servir de la force de leur adversaire pour le vaincre. C’est avec le temps et beaucoup de pratique que les judokas parvenaient à utiliser adéquatement l’énergie de leur ennemi pour en tirer parti.


J’étais conquise par le jeu.


Quelques années plus tard, alors que je ne pratiquais plus cet art martial, j’avais somme toute retenu les principaux enseignements de sagesse de cette pratique : tirer profit de la partie adverse sans confronter.


Ce précepte me suit encore aujourd’hui, car je ne cesse de l’appliquer.


Au cours de mon existence, à toutes les fois où j’ai dû faire face à des situations chaotiques, j’ai tenté d’éviter la confrontation pour être à l’écoute de l’enseignement qui en découlait. La puissance du chaos n’est pas de nous restreindre (perception attribuée au monde de la forme), mais de nous ouvrir à un nouvel apprentissage que j’appelle affectueusement : apprenti-sagesse. Le chaos permet de défragmenter l’esprit afin de nous préparer à un nouvel apprentissage.


Les perturbations extérieures dérangent individuellement et socialement, toutefois elles sont une porte d’entrée fort intéressante vers ce retour à Soi. En fait, plus nous développons l’habilité à jongler avec les différents aléas de notre existence sans confrontation ni résistance, plus nous entrons dans la grande valse des possibilités infinies de la Vie.

À priori, se transformer se manifeste à partir de soi, cependant les situations extérieures peuvent devenir de formidables clés pouvant nous permettre de regarder le paysage de notre existence autrement. Il s’agit d’apprendre à tirer profit de manière constructive de chaque situation pour favoriser un réveil intérieur.


Par conséquent, lorsque nous éprouvons la sensation de perdre quelque chose dans ces mêmes circonstances chaotiques, c’est que fort probablement notre existence repose en grande partie sur la forme et risque par la même occasion de nous restreindre à nous transformer puis à nous éveiller à notre nature véritable.


Il n’y a pas de réveil sans chaos!

Merveilleux printemps à tous,


Marie-Josée

186 vues

© 2019 Maxime Cool-Lévesque. Tous droits réservés